AUSTRALIE

JANVIER 2012 – « Oh non pas encore! » Ça ne vous rappelle rien? C’est avec l’image de cette publicité en tête que je quitte la France, direction Sydney. Je ne suis jamais partie si loin… Je nourris quelques appréhensions, si bien que j’en viens à donner une liste des chansons que je souhaiterais voir diffuser à mon enterrement à Bébé. « Je suis pas folle vous savez, bonsoir! » Juste prévoyante. Il faut dire que l’Australie, c’est quand même l’autre bout du monde. Même si j’en avais conscience lorsque j’ai signé pour l’échange universitaire, l’achat de mon billet d’avion me donne des palpitations. Sur recommandation, je passe par le biais d’une agence de voyages lilloise, Génération Voyages. Le conseiller en charge de mon dossier me suggère de partir à bord de la compagnie Singapore Airlines, « la meilleure au monde » d’après ses dires. Deux, trois clics, le billet est réservé: Paris – Singapour, puis Singapour – Sydney. En comptant l’escale, le voyage durera plus de 24 heures. En bonus, défloration de l’A380! On sort les mouchoirs, il est temps de se dire au revoir… J’atterris à Sydney, complètement dézinguée par le voyage. Je fonce à l’hôtel que j’ai réservé, à proximité de l’aéroport, et sombre dans les bras de Morphée en quelques minutes. C’est le début d’une folle aventure de six mois au pays des kangourous…

Les jours suivants, je rejoins mon Lapin dans son terrier sydneysider à World Tower. Cet endroit a changé le cours de mon existence, principalement parce que c’est ici que j’y ai rencontré mon Doudou… Arrivée sur place une dizaine de jours plus tôt, mon Lapin s’est déjà bien acclimaté à sa nouvelle vie australienne. De mon côté, je prends mes marques petit à petit. La recherche de logement n’est pas si simple, d’autant plus que l’Université Catholique de Sydney se trouve de l’autre côté de la Baie. North Sydney est un quartier plutôt résidentiel, où les distances s’accroissent en raison de forts dénivelés. Je finis par dénicher la perle, au moment où les cours démarrent. Synchronisation parfaite. Par contre, pour la perfection de l’expérience, on repassera. Mettons entre parenthèses les névroses de la folle dingue allemande… En raison de divergence d’opinion, notamment sur le fait qu’elle niait vouloir m’achever en me réveillant à 2H du matin dans mon lit, en me secouant comme un prunier, puis filait se recoucher comme si de rien n’était, j’ai opté pour un déménagement immédiat. Retour au point de départ, World Tower me revoilà. Le temps du fameux week-end de la robe rouge… Petit rituel du dimanche matin au McDo de George Street oblige. Plus tard dans la matinée, j’embarque mes bagages fraîchement emballés direction de la maison de Doudou: Cutler Place, 1h30 de bus plus tard. Ma nouvelle niche prend racine ici, avec la meilleure compagnie qui soit. Ensemble, rien ne peut nous arriver… Je considère que chaque expérience, bonne ou mauvaise, est excellente à prendre pour avancer. Mais je pense que mon séjour australien a commencé ici, dans cette maison transformée en cocon protecteur, avec Toi mon Doudou.

Et soudain, tout change. La mutation s’active au travers de bouleversements de toutes sortes: folies, sorties, rencontres, voyages. Plus rien ne sera pareil en rentrant en France… En attendant je suis là, ici et maintenant. Il ne faut plus perdre de temps à réfléchir, et vivre pour de bon. Je rends visite à ma Lolo à Melbourne, un long week-end à Byron Bay avec mon Lapin, deux semaines en Nouvelle-Zélande, une dizaine de jours à Bali, et cinq jours à Cairns avec mon Doudou. Clairement, je ne me refuse rien. Il est urgent de savourer chaque portion de ces délicieux mets de bonheur. Pour résumer: plongée sur la grande barrière de Corail, la boutique Peter Alexander, Brunch et festival de Rock de Melbourne, Titanic à l’IMAX, ferme des crocodiles, plage de Bondi Beach, coups de soleil, zoo de Sydney, Madame Tussaud, Sashimis incroyables au Fish Market, sorties à l’IVY (« il y a un arbre!« ), virées Mcdo, Chinese Market, les pancakes, l’Opéra, Manly Beach, le rituel Dexter / saumon fumé / crackers / gorgonzola / Nutella…

J’ai des anecdotes à la pelle à propos de ces six mois: notre première conversation avec Doudou, le camping « on the dancefloor« , les bruits suspects de la salle de bain, l’appropriation des lits le soir, les cafards, la machine à faire des abdos sur cette fameuse terrasse avinée, les problèmes de visas, partager un verre avec Camimi, Orlala ou Peter, le trio infernal de World Tower, les colères de Titine… Chaque personne, chaque souvenir, chaque galère a contribué à graver cette expérience dans la pierre de ma mémoire. C’était la famille de Sydney, les souvenirs d’Australie. Six mois qui m’ont mis sur la paille, mais ça en valait la peine. Prochain voyage en Australie : Perth, Darmin, Uluru, Brisbane, Whitsunday et la Tasmanie. Rendez-vous dans dix ans, histoire que j’éviter l’emprunt sur vingt ans.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s