RIO DE JANEIRO

AVRIL 2013 – Après 26 chaotiques heures de bus à travers les champs de canne à sucre et les bananiers du Minas Gerais, nous atteignons enfin la ville tant attendue de Rio de Janeiro. C’est au coeur du quartier d’Ipanema, notre Rio à nous, que nous faisons nos premiers pas dans la ville aux mille couleurs. Une excellente adresse d’auberge où nous avons enchaîné les rencontres inoubliables.

Après une soirée arrosée de Caipirinhas, nous nous baladons le long de la très célèbre digue d’Ipanema pavée de formes ondulées en noir et blanc, emblème de la ville. Le dimanche, la route fermée laisse place aux joggers, bronzeurs, sportifs en tous genres, bodibuldés, gays… Et aux fessiers ondulés à l’image de la digue. PLAISIRRR DES YEUX!
Les femmes s’assument en acceptant leurs formes et c’est très beau à voir (pour les futurs départ au Brésil: topless interdit, néanmoins possibilité d’acheter sur place cache-tétons et cache-dindons… La religion a ses limites, c’est une part du rêve qui se brise.)
Un magnifique coucher de soleil pour saluer notre premier jour bien rempli de shopping, de marché hippie et d’une vue époustouflante sur Leblon et ses favélas.
 Nous ne pouvions manquer le grand Monsieur orgueilleux tout blanc en haut de sa montagne: le Cristo Redentor qui- du haut de ses 30 mètres- nous rend encore plus petite face à la démesure de la ville des Cariocas. Une vue hors du commun, une belle rencontre, beaucoup de touristes, beaucoup de monde… Mais merci Monsieur Cristo de nous avoir accueilli les bras ouverts!
Nous sommes ensuite allées visiter des escaliers… Mais pourquoi nous direz-vous? Et bien il s’agissait d’escaliers extraordinaires voyons! Tout en couleurs, originalité, pavés… Bref nous sommes tombées amoureuses dans les escaliers.
S’en est suivie une petite balladeuh, balladeuh, balladeuh… Dans le centre des affaires et le quartier historique de Riri Oo.
A notre grand désespoir ça ne nous a pas charmé… Pourquoi nous direz-vous? Et bien peut être parce queuh queuh sortir de quartiers tels que Ipanema et Copacabana nous a fait réaliser que OUI, Rio n’est point que fiestas, cocktails, muscles et fessiers rebondis. NOOOOON: Rio est dangereux, on peut très facilement passer d’un quartier huppé à un quartier malfamé.
(Pour être honnête, il est probable que la présence de nos appareils photos autour de notre cou ne nous aient pas rendu la tache facile…)
Une soirée rythmée par la Samba et la Bossa Nova au coeur du quartier festif de Lapa.
Détente sur la plage de Copacabana et effort vers la montée du Pao do Azucar pour y admirer la ville en nocturne…
Nous avons adoré Rio, tant attendue dans notre voyage.
Nous y avons passé quelques jours fantastiques: la population est très accueillante bien qu’aucun effort ne soit effectué pour parler en anglais ou en espagnol.
Il existe deux facette à cette ville: l’image dorée des plages, du culte du corps, des fêtes, Copacabana, tongues Havaianas… Et l’autre face qui montre la pauvreté, le danger, les Favelas. Pour résumer: une classe aisée et l’autre nettement moins, pas de juste milieu.
En quittant cette ville, une seule question nous vient à l’esprit: Et la Coupe du Monde dans un an?
PS: merci Jean-Louis David pour la brésilienne. Dindon un jour, Dindon toujours… MYTHIQUE.
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s