ROME (1)

SEPTEMBRE 2014- La foudre s’est abattue sur Rome. Un coup de foudre, le vrai! Alea Jacta Est: Le sort en est jeté!  J’arrive via l’aéroport de Ciampino, moins mais beaucoup mieux desservi que l’aéroport international de Fiumicino (Leonardo da Vinci). Je grimpe dans un taxi, direction le centre de la Ville Eternelle. Le conducteur me berce de son accent magnifique… Sans surprise: il conduit sans ceinture, téléphone à l’oreille, et prononce des mots doux à ceux qui n’avancent pas assez vite à son goût. C’est magique, je sens déjà que je serai heureuse ici !

Je récupère la chambre, en profite pour me rafraîchir, et songe à l’arrivée de ma Biguette ce soir: je crois bien que nous devrons maintenir nos bagages clos pour économiser l’espace… Je sors de ma niche. Chaleur torride. Le soleil cogne sur les bâtiments qui font bronzette, et gagnent de jolies couleurs orangées. Je suis totalement sous la charme… Mais dois-je faire une infidélité à ma Biguette et me rendre à la Fontaine de Trévi sans elle? J’y vais? J’y vais pas? Allez, j’y vais! Après tout, je ne suis qu’à quelques mètres. J’arrive derrière elle et… Ah. La Fontaine de Trévi est en travaux, autrement dit elle est entièrement recouverte d’un filet blanc, très saillant, et l’eau a disparu de ses bassins. Connasse. Je lui tourne le dos, l’échine courbée et le pas lourd. Pas grave. Je me rabats sur les ruines de la Cité Antique avant de retourner à l’hôtel. Ca y est, Biguette est là! A l’unisson, nos ventres crient famine. Plus loin, l’endroit qui deviendra notre Quartier Général pour les jours à venir: le Caffè Nazionale. Une brasserie de quartier, peuplée de locaux assoiffés et d’amateurs de bonne chair. Le bonheur, quoi. Dehors, on se délecte du premier verre de Chianti de notre séjour, suivi de Pasta Amatriciana, d’un second verre de Chianti, puis du meilleur Tiramisu du monde entier ! Repues, nous retrouvons notre placard à balais pour une nuit bercée entre courses de chars, Venationes (combats d’animaux), et combats de sauvages gladiateurs nus.

Les jours suivants, nous prenons un plaisir sans nom à effeuiller Rome: Colisée, Chateau Saint Ange, Musée du Capitole, jardins et musée du Vatican, Villa Borghese…  Et le clou du spectacle: le Forum et le Palatin. J’ignore encore totalement ce qu’il s’est passé à cet endroit… Notre corps a certainement subit une surexposition aux rayons gamma? Ce n’est pas Bruce Banner mais les Biguettes qui se sont transformées en incroyable Hulk! Nous n’avons fait qu’une bouchée des portes cochères pas finies, et des travaux en retard. Ave Cesar! Avant de rentrer, petit bisou de bonne nuit au Wedding Cake. Il s’agit du monument dédié à Vittorio Emanuele II (1820-1878), considéré comme étant le « Père de la patrie » italienne après le Risorgimento (unification du pays), entre 1847 et 1870. Merci Vittorio ! Grâce à Toi, nous avons la chance de vivre un rêve éveillé… Veni Vedi Vici.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s