A propos

Chers voyageurs (d’un jour ou de toujours),

Bien que je vous dévoile une grande part de mon intimité au travers de mes articles de voyages, nous ne nous connaissons pas vraiment. Pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur la fille derrière le sac-à-dos, c’est par ici!

La passion du voyage n’est pas quelque chose d’inné dans ma famille. Je suis issue d’une pure famille de sédentaires, davantage préoccupés par l’amélioration de leurs intérieurs que par la découverte d’un monde ailleurs. Lorsque j’ai obtenu mon BAC en 2008, j’ai perçu le commencement de ma vie étudiante comme une délivrance. Tout recommencer, dans une ville qui m’est inconnue, sera l’opportunité de me réaliser enfin comme je le souhaite. Je démarre alors un parcours de Licence – Master en Commerce International / langues étrangères, me permettant de voyager au moins une fois par an dans le cadre d’un stage allant de 2 à 4 mois. Une aubaine ! Je deviens rapidement passionnée par les enseignements et obtiens ma Licence en un clin d’œil. Le parcours idyllique s’assombrit en 2012. En janvier, je suis envoyée à Sydney dans le cadre d’un échange universitaire de six mois, réservé aux étudiants en première année de Master. Avec le recul, je pense que l’air du bout du monde m’a fait prendre conscience que je n’étais plus à ma place. C’est magique, l’évolution! Je fais le bilan de mes compétences acquises, de celles que je souhaiterais acquérir, et fais le point sur mes rêves et mon avenir. Je décide de tout quitter. Une décision lourde de conséquences, notamment auprès des miens qui n’arrivent pas à entendre le « pourquoi » de mon choix. Ils ignorent alors que je ne compte pas m’arrêter là. L’année 2012/2013 sera celle des changements radicaux. Une période de réflexion s’impose. Autant réfléchir loin… Avec Bébé, nous décidons de partir une année en voyages. La pilule n’est pas facile à avaler pour nos proches, et les encouragements sont maigres. Qu’importe. Nous prenons nos destins en mains, en ayant parfaitement conscience d’abattre nos cartes sur la table de jeu de la vie. Vaste programme: 210 jours, 23 vols, 17 pays, 2 amies. Au retour, pas simple de revenir à la réalité. Mais maintenant, je sais à quoi je veux accéder. Très vite, je contacte les établissements d’enseignements en Master de journalisme, dont le discours est unanime: il faut que je reprenne une année de licence en journalisme dans n’importe quel établissement pour pouvoir prétendre à entrer en Master. Défi relevé. Je valide cette année et démarre un Master de journalisme en septembre 2014.

*

Aujourd’hui, après deux Licences et un Master, j’en ai fini avec les études supérieures. A mon grand regret… J’ai toujours pris plaisir à étudier, la curiosité fait partie de mon être. Une page de ma vie s’est tournée, et je dois maintenant m’atteler à une nouvelle tâche: celle d’entrer dans le monde du travail. Pour être honnête, j’ignore encore ce que je vais devenir. J’ai envie de croire que la vie est une succession de rencontres, qui nous mènent à des choix. Et ce sont ces choix, à l’image d’une barre de navire, qui influences notre vie à maintenir le cap, ou à aller dans une autre direction. L’erreur est humaine après tout. Je continue à voyager, dans ma quête de découverte des tréfonds de l’humanité et de mes propres ressources. Parce qu’il faut bien nous laisser l’opportunité de nous perdre avant de nous retrouver…

Bien à vous,

M.L

Publicités